Optimiser ses révisions

Les révisions… Sacrées galères, hein ? Que ce soit avant un bac blanc, le brevet, une compo ou n’importe quelle interro, elles ont le don de vous donner des sueurs froides. Votre ado a du mal à s’organiser et ça vous stresse ? Ou au contraire, il s’y prend plutôt pas mal mais vous sentez qu’il pourrait faire encore mieux ?

Cette semaine, on vous donne quelques petits conseils qui marchent à quasi tous les coups !

Faire le tour de la situation

Avant de se lancer dans la bataille, c’est quand même mieux de savoir à quoi on a à faire ! On ne se lance pas tête baissée dans des révisions, mieux vaut établir une stratégie. Avant de commencer, l’idéal est de faire un point : qu’est ce qu’il faut réviser, quel volume ça représente, est-ce qu’on a bien toutes les ressources nécessaires à portée de main (ou de clic) ?

En agissant de cette manière, on a un minimum de recul sur ce qu’il faut faire et sur l’effort qu’il faudra fournir. Et donc, logiquement, on est capable de voir l’avancée du travail. Et croyez-nous, ça c’est motivant ! Il n’y a rien de pire que d’avoir la tête dans le guidon et l’impression que ça n’en finira jamais…

Utile : C’est à ce moment-là qu’il peut être utile d’aller rattraper un cours manqué ou de se noter dans un coin que telle notion va demander plus de temps.

Faire un planning

Autre astuce stratégique : établir un planning de révisions. On définit ensemble (ou on attend sa proposition) des créneaux sur lesquels il va réviser. Inutile de charger la mule, personne ne peut travailler des journées entières sans perdre sa capacité de concentration.

Au-delà des horaires, on définit également le contenu de ces séances de révision. Une fois que c’est fait, plus besoin de réfléchir ! Il n’y a plus qu’à faire ! À l’heure dite, on ouvre cahier, appli, livres, etc., et on commence à travailler. On ne perd plus quinze minutes à se demander sur quoi on va travailler.

Il y a un dernier avantage à faire un planning ! Une fois que la séance de révision est faite (et bien faite, bien sûr), tout le monde est content ! Votre ado se sent débarrassé de sa corvée (c’est un peu sa version à lui de la conscience tranquille…) et vous, vous savez qu’il a travaillé comme il était convenu entre vous. Voilà de quoi garantir la paix dans les foyers !

S’y prendre un minimum à l’avance

Ce n’est pas toujours évident pour des ados, qui sont souvent les rois de la procrastination ou qui ont du mal à anticiper. Pourtant, s’y prendre à l’avance a de gros avantages. On peut ainsi espacer les séances de révision et surtout les faire plus courtes. On a plus de temps pour comprendre, pour s’entraîner et pour faire des pauses.

Travailler dans le stress n’est bon pour personne, et faire les choses à la dernière minute est particulièrement stressant (si ce n’est pas le cas pour votre enfant, ça l’est pour vous !).

Alors bien sûr, à l’avance, ça veut tout et rien dire ! Un élève qui travaille régulièrement aura besoin de moins de révisions. Et on ne révise pas une interro de physique comme on révise le bac. Il faut ajuster le curseur selon les besoins de votre ado, son niveau, le type d’interrogation et son propre fonctionnement.

Pour une simple interro sur un chapitre, 3 ou 4 séances de révision devraient suffir. Pour une composition ou un devoir surveillé, on prévoira plutôt 3 semaines de révision. Et pour le bac ou le brevet, là on parle plutôt de 3 ou 4 mois !

Connaître le fonctionnement de sa mémoire

Chacun a son propre fonctionnement et c’est valable aussi pour la mémoire. Inutile de forcer votre ado à s’asseoir à son bureau s’il a besoin d’être en mouvement pour apprendre ! Avachi sur son lit, ce n’est peut-être pas l’idéal mais s’il est bien comme ça, pourquoi ne pas le laisser faire ?

Aidez-le aussi à déterminer s’il a une mémoire visuelle, auditive ou graphique ! C’est un gros plus de savoir comment on retient le mieux. Certains vont entendre la voix du prof dans leur tête. Privilégiez les vidéos ou les enregistrements du cours à réécouter. D’autres se représenteront très précisément leur page de cours. Dans ce cas, on use et on abuse des couleurs, des schémas et de mises en page claires. Et puis pour d’autres, il faut écrire. Alors on recopie son cours au propre, on fait des fiches…

Un schéma à respecter !

De manière générale, il y a tout de même un schéma type à respecter pour apprendre correctement et durablement une notion. Il y a 4 grandes étapes pour bien réviser : comprendre, apprendre, se tester et s’entraîner.

Dans un premier temps, on s’assure qu’on a compris. C’est-à-dire que les notions s’articulent entre elles, qu’on est capable de les expliquer à quelqu’un d’autre, de les mobiliser dans un exemple. Cela a du sens. On peut donc apprendre les choses (et on s’aperçoit que c’est beaucoup plus simple quand on a compris d’ailleurs !). Apprendre, c’est être capable de se souvenir des choses sans les vérifier, sans regarder son cahier. C’est aussi s’en souvenir plusieurs heures, jours, semaines plus tard ! On dit qu’il faut oublier jusqu’à 7 fois avant de se souvenir de quelques chose. Alors ça ne se fait pas (ou rarement) en 5 minutes. Enfin, on se teste pour vérifier ses connaissances et voir si elles sont toujours bien présentes. Et on s’entraîne, pour remobiliser la notion dans des contextes différents.

Allez, avec tout ça, vous êtes fin prêts ! Distillez ces petits conseils l’air de rien ou au contraire, aidez votre ado à s’organiser.

 

N'hésitez pas à partager cet article avec votre entourage !

Laisser un commentaire