Des écrans dans les écoles : une bonne idée ?

Des écrans dans les écoles : une bonne idée ?

Des écrans dans les écoles : une bonne idée ?

Il y a tant d’opinions contradictoires et tant de recherches contradictoires. Lorsque même les experts sont en désaccord, il est difficile pour les enseignants et les parents de savoir ce qu’il faut penser.

Pour commencer, qu’entendons-nous exactement par “écrans” ? L’apprentissage en ligne, l’apprentissage par projet, l’apprentissage par le jeu, les tableaux blancs interactifs, les ordinateurs de bureau, les ordinateurs portables, les tablettes, les smartphones ?

En d’autres termes, les écrans ne sont pas des écrans – et chaque variété présente ses propres forces et faiblesses en tant que dispositif d’apprentissage.

Et si les écrans ont des formes et des tailles différentes, qu’en est-il des enfants qui les utilisent ou des fins auxquelles ils les utilisent ? Les programmes BYOD et 1:1 dans les écoles australiennes commencent souvent dès la maternelle et s’étendent jusqu’à la douzième année.

La technologie peut être utilisée pour introduire le comptage ou le calcul, les rudiments de l’alphabétisation ou les subtilités de la critique littéraire. Il n’est donc pas étonnant qu’il soit si difficile de généraliser ses effets.

Néanmoins, certaines conclusions claires sont apparues. Aujourd’hui, nous examinons les recherches qui mettent en évidence les inconvénients.

COMMENT LES ÉCRANS ÉCHOUENT

Une distraction croissante

Il y a une raison pour laquelle les programmes BYOD sont parfois cyniquement appelés “Apportez votre propre distraction”. Les élèves apportant de plus en plus souvent leur propre Internet à l’école, sous la forme de smartphones personnels, le problème de la distraction par les médias sociaux est devenu aigu. Et même lorsque les écoles utilisent des filtres pour bloquer les médias sociaux, les élèves passent à la mise en place de points d’accès à leurs propres données.

Selon Kristy Goodwin, cyber-expert de Family Zone et spécialiste du développement de l’enfant, la raison pour laquelle les enfants trouvent ces applications si attrayantes réside dans le neurotransmetteur dopamine, le produit chimique du cerveau associé au plaisir et à la récompense. “Les applications Snapchat, Facebook ou Instagram donnent des résultats sur la dopamine du cerveau”, explique-t-elle. C’est une récompense chimique avec laquelle les enseignants ne peuvent tout simplement pas rivaliser. “Peu importe la compétence, l’engagement et le dynamisme de l’enseignant, il n’est pas à la hauteur de ce qui se passe à l’écran”.

“Les neurosciences nous montrent aussi une autre difficulté”, ajoute le Dr Kristy. “Lorsque nous sommes en ligne, en particulier sur nos téléphones, nous entrons dans quelque chose appelé état d’insuffisance. Nous ne nous sentons jamais, jamais finis. Nous ne nous sentons jamais, jamais complets”.

Créer des apprenants “pro surface

L’ère d’Internet a déclenché une épidémie que certains chercheurs appellent “infobésité” – les enfants ont de plus en plus d’informations au bout des doigts mais de moins en moins de capacité à établir des connexions et à générer du sens. Là où le “Googling stuff” prend le relais de l’exploration approfondie, en d’autres termes, l’apprentissage en souffre. La facilité avec laquelle les élèves coupent et collent des morceaux d’informations peut produire l’illusion d’un savoir sans réelle profondeur de compréhension. Cela peut également augmenter la tentation de plagier et de tricher.

Une vision déficiente

Nos enfants ont-ils vraiment besoin de plus de temps devant les écrans ? Certains chercheurs préconisent de réduire au minimum le temps passé devant un écran en classe pour compenser la surutilisation en dehors de l’école. L’un des impacts qu’ils soulignent est l’augmentation, partout dans le monde, de l’incidence de la myopie ou de la myopie – aux États-Unis, par exemple, la myopie a augmenté de 25 à 50 % chez les jeunes adultes au cours des 50 dernières années.

Le temps passé devant un écran ne nuit pas directement à la vision, comme l’a montré une récente étude australienne, mais résulte de ce que les chercheurs ont appelé “l’effet de déplacement” d’un temps plus long passé à l’intérieur, sous lumière artificielle.

Le Dr Kristy explique : “Lorsque les enfants sont exposés au soleil, l’œil produit de la dopamine et cela empêche l’œil de s’allonger, ce qui provoque la myopie. Si nos enfants passent énormément de temps sur des écrans, alors ils ne passent souvent pas de temps dehors à la lumière naturelle du soleil, et c’est la lumière naturelle du soleil qui est nécessaire au développement de l’œil”, explique le Dr Kristy. (Pour être juste, s’asseoir à l’intérieur de livres de lecture a exactement le même impact !)

Réduire les résultats de l’apprentissage

Les résultats de l’Australie en lecture, en mathématiques et en sciences sont en baisse depuis plus de dix ans, alors que la présence de la technologie en classe a augmenté de manière significative.

Ce n’est pas nécessairement une relation de cause à effet. Pourtant, les recherches qui examinent l’impact de la technologie sur les résultats scolaires des élèves présentent un tableau très contrasté. Bien que de modestes améliorations aient été enregistrées dans un certain nombre d’études, une étude récente rapportée dans Education Next a révélé que le fait d’autoriser toute utilisation de l’ordinateur en classe réduisait en fait la performance moyenne des étudiants à l’examen final. D’autres recherches ont fait état de résultats tout aussi décevants en ce qui concerne l’apprentissage assisté par la technologie.

Dévaloriser le rôle des enseignants

Les initiatives qui commencent par la technologie, plutôt que par l’enseignement, échouent presque toujours. Pourtant, l’enthousiasme suscité par l’adoption de l’apprentissage assisté par ordinateur peut occulter l’importance cruciale d’un enseignement de qualité pour produire des résultats de qualité. Il est intéressant de noter que des recherches européennes récentes sur les performances des jeunes de 15 ans ont montré que, dans certains cas, l’ajout d’un ordinateur pour l’enseignant par classe avait un impact plus de dix fois supérieur à celui de l’ajout d’un ordinateur pour l’élève dans la même classe.

Mais ce n’est pas que des mauvaises nouvelles, nous avons couvert les recherches montrant l’impact positif des écrans dans les écoles – et il y en a beaucoup – ici

En attendant, consultez le programme “Screens in Schools” de SBS Insight via SBS On Demand, avec la cyber-experte de Family Zone, le Dr Kristy Goodwin, et un public fascinant de dirigeants d’écoles, d’enseignants et d’étudiants.

Source : FamilyZone

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut